Presse

Ecouter Secession Orchestra

Diffusion

France Musique : Diffusion concert Fêtes et parades par Clément Mao – Takacs et le Secession Orchestra au musée d’Orsay, 19 janvier 2019

France Musique : Carrefour de Lodéon Acte 2, Frédéric Lodéon, 13 décembre 2018

France Musique : En pistes !, Rodolphe Bruneau-Boulmier et Emilie Munera, 25 octobre 2018

France Musique : Musique matin, Saskia de Ville, 19 octobre 2018

Interviews et reportages

Radio Classique : Le journal du classique, Laure Mézan, 6 novembre 2018

France Inter : Classic & Co, Anna Sigalevitch, 3 novembre 2018

France Musique : Classic Club, Lionel Esparza, 19 septembre 2018

France Musique : Musique matin, Saskia de Ville, 29 août 2018

France Musique : La matinale culturelle, Vincent Josse et Nicolas Lafitte, 24 mai 2016

Radio Classique : Le journal du classique, Laure Mézan, 24 mai 2016

Extraits de presse

« Avec le Secession Orchestra, qu’il a fondé en 2011, Clément Mao-Takacs s’affirme jour après jour comme l’un des chefs les plus découvreurs et inventifs de la jeune génération, dans le répertoire fin XIXe/début XXe souvent, mais aussi sur le terrain de la création contemporaine. »

Alain Cochard, CONCERTCLASSIC.COM, Entretien avec Clément Mao-Takacs [3 avril 2019]

« L’orchestration par C. Mao-Takacs de l’Île Joyeuse donne, par le traitement des timbres, un tour tout à fait intéressant à cette pièce si riche de couleurs écrite pour piano, et a contrario la version réduite de la Mer ne perd en rien de sa puissance contenue et de ses troublantes et changeantes lumières. On aura apprécié la direction fine et précise du chef, tout autant que l’énergie insufflée, que l’orchestre n’eut pas à envier aux grandes formations symphoniques. »

Jany Campello, CLASSIQUE NEWS [11 octobre 2018]

« Une fantaisie pour piano et orchestre qui a beaucoup de qualités (…) une grande poésie, de sensations et de façons d’exprimer ses vibrations intimes. »

Frédéric Lodéon, FRANCE MUSIQUE [13 décembre 2018]

« Un public en apnée permanente, un véritable tsunami musical : du jamais vu ! »

OUEST-FRANCE [19 avril 2015]

« Samedi 18 avril, Clément Mao-Takacs a délivré une Symphonie n°1 de Mahler de haute-volée. Il a su installer, dès les premières mesures, un climat de mystère propre à capter l’attention du public. Ne s’épargnant pas un instant, les jeunes musiciens du Sécession Orchestra et de l’Atelier de musique pourraient en remontrer à bien des ensembles de renom. »

Philippe Venturini, LES ECHOS [20 avril 2015]

« Les Correspondances romantiques concoctées par Clément Mao-Takacs ont fait passer un souffle de plaisir contagieux grâce à une suite de textes et de musiques s’imbriquant de la meilleure des manières. (…) Les lectures dites par Julie Depardieu et Charles Berling, les musiques jouées par le Secession Orchestra dirigé par ce jeune chef toujours plus inventif ont montré que le romantisme pouvait être bien autre chose que larmoyant ou grandiloquent. Il ne s’agissait pas d’une simple alternance de textes et de musiques mais bien d’une dramaturgie construite (…) avec, en point d’orgue, la sublime Valse de Ravel, fougueusement et brillamment dirigée par un Clément Mao-Takacs au sommet de son art. »

Benoît Lagarrigue, LE JOURNAL DE SAINT-DENIS [30 mai 2016]

« Clément Mao-Takacs est une personne passionnée par l’art, avec une sensibilité personnelle »

Anna Sigalevitch, France INTER [3 novembre 2018]

« Incroyable succès : la proximité, les explications des musiciens et la qualité des concerts ont littéralement envoûté les auditeurs. Secession Orchestra a ancré une partie de son histoire à Carnac. »

OUEST-FRANCE [13 septembre 2017]

« Chef d’orchestre, pianiste, compositeur, Clément Mao-Takacs semblait tout désigné pour assurer le concert inaugural du 19e Festival de Pâques de Deauville. […] Si ce jeune homme de trente-cinq ans énonce des idées qui restent encore minoritaires dans le secteur culturel, il les défend avec une singulière audace. […] Il se garde bien de distribuer paresseusement au public des Quatre Saisons et autres Petite Musique de nuit : il défend au contraire les répertoires rares, d’hier et aujourd’hui, et conçoit toujours d’intelligents programmes. »

Philippe Venturini, LES ECHOS – SUPPLÉMENT WEEK-END [17 avril 2015]

« Le jeune chef Clément Mao-Takacs a fait forte impression samedi dernier avec SECESSION ORCHESTRA dans un programme ambitieux. Rencontre avec l’étoile montante de la direction d’orchestre française. […] Sa Symphonie n°1 de Mahler a marqué les esprits et suscité l’approbation des critiques : […] cette version de chambre dirigée de main de maître a de surcroît mis en lumière toutes les nuances d’une partition complexe sans sacrifier à sa grandeur et, ce, malgré l’effectif réduit »

Christine Ducq, LA REVUE DU SPECTACLE [22 avril 2015]

« D’une direction vivifiante, généreuse, parfois fantasque lorsque la partition l’appelle, Clément Mao – Takacs soutient sa phalange avec un investissement conscient et bienveillant (…). L’ensemble respire, les voix sont bien distinctes, les Nuages ouvrant le concert offrent un ciel couvert de mille textures, La Mer, arrangée par le chef lui-même, se donne dans une interprétation sensible, pleine de charme, de mystère et d’un remous bouillonnant, aiguisée par une compréhension aigüe de la partition (…) Dans les orchestrations, les sons se prêtent au jeu des métamorphoses en une variété nouvelle de couleurs et de timbres, translations audacieuses rappelant combien l’écriture du compositeur français, que ce soit pour piano ou pour un ensemble restreint, est profondément orchestrale. »

Nicolas Matthieu, OLYRIX [25 septembre 2018]

« Clément Mao – Takacs dirige son orchestre dans un tour du monde musical : un bonheur. (…) Chacun des concerts-lectures fait l’objet de montages précis et pointus entre littérature et pièces musicales pour une réalisation « haute couture », où les deux arts s’entrelacent si étroitement qu’on ne peut plus les séparer. »

Jean-Luc Caradec, LA TERRASSE [avril 2016]

« Entamant ainsi un exceptionnel parcours d’une cohérence sans faille, ce dynamique directeur musical – de longue date préoccupé par l’avenir du concert classique – ne pouvait que rencontrer le projet artistique de la Fondation Royaumont. »

Christine Ducq, LA REVUE DU SPECTACLE [4 septembre 2017]

« Le jeune chef d’orchestre explore avec gourmandise de vastes répertoires à la tête de son ensemble, le Secession Orchestra. »

Elsa Fottorino, CLASSICA [mai 2016]

« La Passion de Simone de Saariaho, maîtrisée au superlatif par le chef d’orchestre Clément Mao – Takacs à la tête de Secession Orchestra. »

Roland Duclos, FORUM OPERA [novembre 2014]

« La nouvelle édition du Festival de Saint-Denis ne fera pas exception puisqu’elle met à l’affiche monuments de la musique et artistes de valeurs, astres rayonnants et étoiles montantes. (…) Une Passion moderne consacrée à la vie et à l’œuvre de la philosophe Simone Weil conduite de main de maître par la baguette du jeune chef Clément Mao-Takacs et son Secession Orchestra. »

Christine Ducq, LA REVUE DU SPECTACLE [2 juin 2014]

« Dans l’écrin de timbres ciselé par le chef Clément Mao-Takacs et son Secession Orchestra, l’aigu cristallin de Karen Vourc’h fait mouche. (…) »

Eric Dahan, LIBERATION [26 mai 2014]

« Un jeune musicien extraordinairement complet, Clément Mao-Takacs. (…) Il a prouvé ici un réel talent d’orchestrateur : par des alliages savamment dosés, d’habiles combinaisons en souples passages entre ses 14 instruments, il réussit à donner l’illusion d’un grand orchestre ne trahissant pas les esthétiques si particulières de Massenet et de Debussy. (…) Clément Mao-Takacs possède un talent qui n’est pas l’apanage de tous les chefs : celui de « formateur d’orchestres » ; c’est-à-dire la capacité à stimuler l’écoute réciproque des musiciens afin de conduire leurs qualités individuelles à converger vers une identité collective forte (…) On souhaite vivement que les grandes institutions symphoniques ne tardent pas à reconnaître le talent de ce chef si musicien, et lui ouvrent l’accès à leurs podiums, notamment pour donner les répertoires rares dont cet artiste si cultivé se montre friand. »

Sylviane Falcinelli, musicologue [avril 2012]

« On est immédiatement saisi par la cohésion et la sonorité exceptionnelle de l’ensemble. Formation composée de musiciens de haut niveau, Secession Orchestra, se signale par sa concentration et sa qualité d’exécution (…) Plusieurs personnalités du monde musical attirées par l’originalité du programme et sous le charme du jeune chef d’orchestre et de son ensemble dont on entendra sans doute encore parler. »

Sylvain Angonin, FORUM OPERA [novembre 2014]