Tu ne dois pas garder la nuit en toi

Vendredi 22 mars 2013 – 20h30
Hôpital Bretonneau (23 rue Joseph de Maistre – Paris 18)
théâtre musical / opéra de chambre
Wagner (extraits de Tristan et Parsifal), Mahler (Kindertotenlieder)
Aleksi Barrière, mise en scène
Oleksandra Turyanska, contralto | Claude Jamain, jeu masqué de Nô
Secession Orchestra | Clément Mao – Takacs, direction
Production A.R.E.A. et La Chambre aux échos

Durée : 1h10 environ
Ce spectacle sera précédé à 20h d’une présentation et suivi d’une rencontre.
réservation : secession.orchestra@gmail.com

[spoiler title= »à propos de ce spectacle… » open= »0″ style= »1″]

Les Kindertotenlieder sont le récit à la première personne du cheminement intérieur d’une mère endeuillée, des ténèbres du déni et de la culpabilité à la lumière de la résilience.

Gustav Mahler les a composés d’après un témoignage authentique, celui de Friedrich Rückert qui avait écrit 428 poèmes après la perte de ses deux enfants. Rückert, grand orientaliste, traducteur de Rûmi, parle au-delà d’une époque ou d’une confession, dans un langage simple et imagé.

Ce spectacle offre un double regard sur une œuvre dense, en proposant une réflexion sur le deuil : un « opéra de chambre », représentation du périple intérieur de la mère cloîtrée dans son appartement, suivi d’une version inspirée du Nô, où l’ombre du personnage narrera les étapes de son deuil, accompagnée par le jeu masqué de Claude Jamain, sur un mode dissocié caractéristique du théâtre oriental.

Et, entre ces deux interprétations, la musique tantôt mortifère, tantôt lumineuse d’un Richard Wagner imprégné de bouddhisme, qui a tant inspiré son successeur, aussi bien musicalement que thématiquement.

À travers deux lectures d’une même œuvre, deux conventions revisitées, il s’agit de comprendre comment l’histoire d’un individu devient celle, universelle, de toute âme en deuil : l’histoire de ce nécessaire travail de mémoire qui seul peut ramener la paix parmi les vivants.[/spoiler]