Musique de chambre française pour basson et piano

Vendredi 11 mai 2012 – 20H
Théâtre de l’Hôpital Bretonneau (23, rue Joseph de Maîstre, Paris 18e)
concert musique de chambre
Debussy, Pierné, Saint-Saëns, Poulenc, Milhaud, Fauré
Mehdi El Hammami, fagott | Clément Mao – Takacs, piano

[spoiler title= »à propos de ce concert… » open= »0″ style= »1″]

Le concert que propose Secession Orchestra fait partie intégrante de la démarche de cet ensemble, qui vise à démontrer que la qualité d’un orchestre vient également de l’excellence de celles et ceux qui le composent : c’est pourquoi nous avons, dès la création de l’orchestre, choisi de mettre en valeur les talents des musiciens au cours de concerts de musique de chambre. La musique de chambre est un univers particulier, qui permet d’entrer dans la sphère de l’intime. Elle exige une respiration commune, un travail en profondeur où les partenaires, comme dans un ballet, dansent un « pas-de-deux », relancent tour à tour le discours, dialoguent.

C’est aujourd’hui un instrument un peu méconnu, le basson qui sera à l’honneur. Souvent cantonné, au début, à augmenter le volume des sons graves de l’orchestre, longtemps apprécié pour sa capacité à incarner des personnages bougons (le Grand-Père dans Pierre et le Loup  de Prokofiev), grotesques (Alborada del Graziosode Ravel, Marche au Supplice de la Symphonie Fantastique de Berlioz) ou fantastique (L’Apprenti-Sorcier de Dukas) le basson a cependant peu à peu gagné ses lettres de noblesse. Mozart lui donne un beau Concerto et le fait souvent dialoguer dans ses héroïnes d’opéra, révélant notamment la couleur poignante et émouvante de sa tessiture aigüe ; puis, au 19ème siècle, le perfectionnement de l’instrument aidant, il va s’imposer dans tous les orchestres, devenant un instrument essentiel pour les orchestrateurs, notamment grâce à sa capacité à se fondre dans le timbre des autres instruments.

Mais il s’émancipe également, et devient un instrument soliste, pour lequel les compositeurs écrivent une musique particulière : c’est ainsi que Camille Saint-Saëns compose une Sonate qui met en valeur toute l’étendue et la variété de l’instrument. Gabriel Pierné va également écrire une pièce spécifique de belle facture. Pour compléter ce programme, nous montrerons que les bassonistes n’hésitent pas aujourd’hui à conquérir de nouvelles terres : c’est ainsi que nous donnerons la célèbre Elégie de Fauré et la Sonate pour hautbois de Poulenc dans leurs transcriptions réalisées spécialement à l’occasion de ce concert.

Enfin, des extraits des Préludes de Debussy et des pièces pour piano et Milhaud viendront compléter ce joli panorama de musique de chambre française, dans une atmosphère raffinée, subtile, mais aussi passionnée !

[/spoiler]