La vie et le rêve de la vie

Jeudi 30 mai 2013 – 20h30
Temple Saint Marcel (24 rue Pierre Nicole – Paris 5)
concert orchestre + voix + lecture
Berg, Mahler
Ariane Douguet, soprano
Secession Orchestra | Clément Mao – Takacs, direction

Concert réalisé avec le soutien de la Fondation La Poste

[spoiler title= »à propos de ce concert… » open= »0″ style= »1″]

Composés sur des textes écrits au dos de cartes postales par le poète Peter Altenberg, les Cinq Lieder pour orchestre de Berg nous plongent au cœur d’une musique expressive au point de devenir expressionniste. La Nature devient ici le reflet de l’Âme, un miroir où les orages, les tempêtes de neige, la pluie d’été révèlent les tourments intérieurs et le désir d’apaisement, d’équilibre entre ces deux pôles si dififcilement conciliables, la vie rêvée et la vie vécue. Brefs comme des haï-kus,  ces textes aphoristiques (donnés ici en lecture dans la traduction d’Aleksi Barrière) évoquent la fugacité de l’existence et l’immensité des aspiration humaines.

Ils forment un complément idéal à la Quatrième Symphonie de Mahler, l’une des plus « classiques » du compositeur, du moins dans sa forme : s’il emploie bien quatre mouvements comme dans la tradition musicale austro-allemande, Mahler innove en livrant une œuvre au contrepoint raffiné (qui inspirera ses héritiers, au premier rang desquels Berg), mêlant ironie, naïveté feinte et réelle, humour, émotion à fleur de peau et poésie de l’enfance. L’ultime mouvement est ainsi un grand Lied qui nous conte les joies d’un Paradis semblable à une grande cuisine où rôtissent les oies, se multiplient les asperges, avec aux fourneaux les saints, saintes et martyrs : le rêve d’un enfant affamé qui, comme La Petite Fille aux Allumettes, supplée par l’imagination à ce qu’il ne connaît pas ici-bas…

[/spoiler]